Le formatage de l'école ne valorise pas la créativité. Or nous sommes tous créatifs, mais nous avons perdu le lien avec ces compétences.

Je viens de tomber sur une affirmation troublante : l’école tue la créativité.
C’est Sir Ken Robinson, expert en éducation, qui le dit.

Même si certains enseignants mettent en doute l’application de ses recommandations, je trouve ses arguments très intéressants.

Pourquoi, partout dans le monde, les maths comptent ils davantage que les arts ? Et dans les arts pourquoi la musique et la peinture sont-ils davantage valorisés que la danse ? Quand bien même nous avons tous un corps.

Plus les années d’école passent, plus nous stimulons le haut du corps, puis uniquement la tête. Comme si notre corps n’était que le véhicule de notre tête.

Or, certains apprennent, voire se réalisent, via leur corps. Dans l’antiquité grecque, le gymnase, fitness de l’époque, occupait une place essentielle dans la civilisation et dans l’éducation.

Nous sommes tous créatifs. Mais notre société, en privilégiant le cérébral, nous coupe de notre fibre créatrice. « La créativité n’est pas un talent, c’est un mode de fonctionnement » dit très opportunément John Cleese.

À vos pinceaux, pas de danse, notes, performances, châteaux de sable, découpages, collages, tags. Retrouvez votre vibration étouffée !