Notre cerveau est plastiqueExcellente lecture du moment : « Mon Cerveau Superstar » du Dr Kaja Nordengen. Comprendre nos fonctionnements par le biais de la neuroscience est passionnant. Cet éclairage scientifique et très instructif nous dit notamment : « Le premier devoir de la mémoire est d’améliorer notre survie […]. Nous ne disposons pas de la mémoire dans le but de recréer le passé, mais pour faire les bons choix. »

En somme, l’utilité du souvenir est de nous assurer un futur agréable. Connaître ce mécanisme reptilien est précieux, car il nous permet d’observer avec une saine distance les réflexes de notre cerveau qui nous encourage parfois à suivre le conformisme, si celui-ci est considéré plus raisonnable pour notre survie.

Soyons vigilants, osons contredire notre cerveau en lui signalant d’autres options. Car nous le savons aujourd’hui : le cerveau est plastique. De nouvelles connexions neuronales deviennent pérennes si elles sont stimulées par la pratique de nouvelles habitudes.

Le facteur de stress dont mon cerveau a voulu me prévenir (par exemple, me lever à 6h00 du matin : c’est fatiguant, donc mauvais pour la santé, donc pour la survie) peut devenir, en modifiant mes routines, la nouvelle norme (c’est stimulant, je travaille mieux, je suis moins stressée, je dors mieux).

A nous de favoriser ces nouveaux canaux de communication, en apprenant de nouvelles choses, en changeant nos habitudes, en embrassant l’inconnu avec courage et curiosité. A tout âge.

Qu’apprenez-vous de neuf aujourd’hui ?